Skip to content

Le risque systémique fait un retour fracassant

François Christen

François Christen

Chief Economist

La dégradation brutale des conditions financières complique la tâche des banques centrales.

Article original publié sur agefi.com

La chute de Credit Suisse, absorbé dans l’urgence par UBS sous la pression des autorités helvétiques, marque une escalade dans les tensions qui agitent le système financier occidental. Certes, la Silicon Valley Bank (SVB) et Credit Suisse constituent, chacun à leur manière, des cas particuliers qui ne doivent pas être extrapolés à l’ensemble de l’industrie, mais la contagion systémique observée depuis quelques jours place les banques centrales et les investisseurs dans une position inconfortable.

Malgré l’intervention rapide de la Réserve fédérale (Fed) et de l’administration américaine, la crise de confiance à l’égard des banques régionales aux Etats-Unis s’est aggravée en rattrapant d’autres institutions de taille moyenne, telle que la First Republic Bank, fragilisée par le redressement rapide des taux d’intérêt. Dans le sillage de la Fed qui a créé un nouvel outil pour garantir l’accès à la liquidité, l’intervention concertée de plusieurs grandes banques aux Etats-Unis n’a pas permis de restaurer la confiance.

Un incendie pas complètement éteint

La contagion vers l’Europe s’est naturellement répercutée sur les maillons faibles au rang desquels Credit Suisse occupe une place de choix après des années d’errance dans la gestion des risques. Le communiqué tardif de la Finma et de la Banque nationale suisse (BNS) n’a pas permis de rétablir la confiance, ce qui a contraint le gouvernement à arranger dans l’urgence la fusion des deux géants bancaires helvétiques. Au moment où ces lignes sont rédigées, l’intervention de la Suisse et l’annonce concertée des banques centrales (Fed, Banque centrale européenne, Banque du Japon, Banque d’Angleterre, Banque de Chine et BNS) pour approvisionner le système financier en dollars US semblent avoir porté leurs fruits. L’incendie semble sous contrôle, mais pas complètement éteint.

L’escalade des tensions dans le secteur bancaire s’est lourdement répercutée sur les marchés obligataires où l’on observe un reflux substantiel des rendements des emprunts offrant les meilleures garanties et une augmentation des primes de risque. Aux Etats-Unis, le rendement du T-Note à 10 ans est tombé en dessous de 3,5%, effaçant la correction survenue en février. Celui du T-Note à 2 ans, qui a brièvement dépassé 5%, est désormais inférieur à 4% après une chute vertigineuse de 100 points de base en moins de quinze jours! Ces variations extrêmes traduisent un fort appétit pour la sécurité et une révision drastique de la trajectoire des taux d’intérêt monétaires.

Deux fronts pour la Fed

Dans ce contexte tourmenté, la Fed livre désormais un combat sur deux fronts: l’inflation et l’instabilité financière. A l’instar de la Banque d’Angleterre l’automne passé, le FOMC pourrait maintenir ce mercredi un cap restrictif tout en prenant des mesures ciblées pour préserver la stabilité d’un système financier où les primes de risque ont fortement augmenté. Cependant, les difficultés de banques américaines et le tour de vis réglementaire qui se profile à l’horizon sont de nature à refroidir l’activité, ce qui devrait inciter la Fed à faire preuve de retenue même si l’inflation reste problématique.

En Europe, la Banque centrale (BCE) a relevé ses taux d’intérêt directeurs de 0,5 point de pourcentage, comme elle l’avait annoncé et malgré les turbulences frappant les banques occidentales. Le Conseil des gouverneurs a agi durant une brève période d’accalmie et son communiqué souligne l’importance de calibrer la politique au gré des circonstances (données économiques et financières, «force de la transmission»), ce qui suggère que la BCE pourrait interrompre le cycle de resserrement si l’instabilité du système financier perdure. La BNS pourrait se rallier à cette approche duale, en relevant jeudi son taux d’intérêt directeur de 0,5 point après avoir accordé une ligne de crédit de 100 milliards de francs à UBS pour faciliter l’absorption de Credit Suisse.

Macro

The Fed and the ECB are in no hurry

The US central bank's patience is fully justified, but the ECB's wait-and-see attitude is questionable.
Read More →
Macro

Renewed realism and healthy correction

Investors have reassessed the prospects for interest rate cuts amid sticky US “core” inflation.
Read More →
Corporate

H2 and Full-Year 2023 Financial Results

2023 was another successful year for ONE swiss bank SA, brimming with achievements and culminating in healthy financial results.
Read More →
Macro

The Fed’s pivot? Not before May 1st

Powell's comments and the strength of the US economy invite investors to be patient.
Read More →
Macro

The prevailing optimism is not irrational

Recent macroeconomic indicators validate hopes of a “soft landing” for the USA.
Read More →
Macro

No shock, no rapid rate cuts

Governor Christopher Waller's message was only partially received by investors.
Read More →
Macro

Should we expect the Fed to pivot in March?

The rapid and large rate cuts priced in by Fed funds rate futures appear unlikely.
Read More →
Macro

The 2024 bond vintage is overpriced

The bright prospects sold by some strategists are undermined by the surge at the end of 2023.
Read More →
Macro

A dovish Powell reinforces prevailing optimism

But his New York colleague John Williams and European central bankers appear less conciliatory.
Read More →
Corporate

Bye Bye 2023

As the year draws to a close, we would like to extend our warmest wishes to you and your loved ONEs.
Read More →